Ma Belle-mère et moi

 

"Avant de demander la main d'une femme,

on devrait bien observer sa mère..."

________________________________________________________________________________________

 

Ma Belle Mère et Moi Affiche

 

L'intrigue:

 

Julien (Frank Leboeuf) est un présentateur télé très en vue.

Conquêtesféminines, argent, célébrité, tout lui réussit… ou presque. Solange, sonex belle-mère débarque à nouveau dans sa vie. Cette ex hôtesse de l’air,
croqueuse d’hommes et de diamants invétérée est ruinée !
Elle met au point un stratagème diabolique pour extorquer de l’argent à
celui qui a été le mari de sa fille Zoé, pendant 10 ans.

Quelques photos« intimes » prises à son insu chez lui, pourraient bien compromettre lacarrière cathodique du gendre idéal… Et Yoann, le secrétaire gay de cedernier pourrait bien être l’instrument rêvé pour parvenir à ses fins…
 

 

Hélas pour elle, la belle-mère indigne devra faire face à des
retournements de situation. Et l’arrivée de sa fille Zoé, va bouleverser
ses plans….

 

 

Ma-Belle-Mere-Dossier-de-Prese2.jpg

 

Ma-Belle-Mere-Dossier-de-Prese1.jpg

 

 

 

Frank LEBOEUF

Julien


Frank a vécu une enfance tranquille et heureuse dans un village de Provence à Saint Cyr sur Mer. Ses parents avaient une entreprise artisanale de plomberie chauffage. Il a 2 frères,il est le second. Son père, qui était entraîneur de l'équipe de jeunes du village, lui a collé un ballon de foot dans les pieds dès l'âge de 4 ans. C'est là que tout a commencé pour finir en

2004.

En 2005, à la fin de sa carrière de footballeur professionnel, il part aux USA et plus précisément à Los Angeles. Là bas, il appréhende sa nouvelle vie et retrouve un nouvel équilibre qui le ramène à sa première passion : le cinéma. Cette passion pour le cinéma, il ne l'a jamais caché, comme en 2001 sur le plateau de "Tout le monde en parle" chez Thierry Ardisson. Vouloir être acteur ce n'est pas suffisant, il faut apprendre, alors comme pour le football,

il commence d'abord par prendre des cours d'acteur qu'il suit assidûment pendant 1 an et demi au "Lee Strasberg Institute" de Los Angeles.

Pour Frank, Los Angeles, c'est l'idéal, c'est la cité du cinéma et le "soccer" n'est pas connu autant qu'en Europe, c'est le pays du base-ball et du football américain. Si les américains savent que la France a gagné la Coupe du Monde en 1998, ils ne connaissent par pour autant les noms de chacun des joueurs de l'Équipe de France. Frank y retrouve un certain anonymat qui lui permet de travailler sans pression autre que celle d'acquérir les

fondamentaux du métier d'acteur. Sans agent, il trouve des rôles et joue sans complexe, comme dans le football, rien n'arrive sans travail, il faut faire ses preuves, il faut jouer, jouer, jouer encore et encore...

En 2009, il porte un intérêt tout naturel à la production cinématographique et rencontre des auteurs qui lui soumettent des scénarios. Il en lit des centaines jusqu'au jour ou il tombe sur celui de "Programmed" (titre non définitif). L'histoire l'interpelle et elle est tellement d'actualité qu'il décide de la produire. Le film est tourné en septembre 2010 à Los Angeles. Il est actuellement en montage. En mars 2010 il commence une carrière au Théâtre Le Temple à Paris avec L'Intrus, une pièce écrite par Alain Reynaud-Fourton, à qui on doit, entre autres, Monsieur Amédée, avecMichel Galabru.

 

 

Katia TCHENKO

Solange


Au théâtre :

«La critique de l’Ecole des Femmes » de Molière, mise en scène de J.P. Grenier. Meneuse de Revue au Théâtre des Folies Bergères.

«Pauvre France » de Jean Cau, mise en scène de Michel Roux.

«Tovaritch» de Jacques Deval, mise en scène de Jean Meyer.

«Les contes» de Ionesco, mise en scène de Claude Confortes.

«Nina» de André Roussin, mise en scène de Bernard Murat.

«Boule de Suif» de Guy de Maupassant, mise en scène de Jean-Paul Weiss.

«Phèdre 2000» de Yves Guena, mise en scène de Philippe Rondest.

«Monsieur Amédée» de A. Renaud Fourton, mise en scène de l’auteur.

«Tout est bien qui finit bien» de W. Shakespeare, mise en scène Pierre Beffeyte.

Opérettes et comédies musicales :

«Le prince de Madrid» de Francis Lopez, mise en scène de Francis Lopez.

«Vos gueules, les mouettes» de Robert Dhéry, mise en scène de l’auteur.

«La Route fleurie» de Francis Lopez, mise en scène de l’auteur.

«Frénésie Tzigane» de Francis Lopez, mise en scène de Georges Paumier.

Au cinéma :

«Cours après-moi que je t’attrape», Réalisation Robert Pouret.

«L’important c’est d’aimer», Réalisation Andrejz Zulawski.

«Et la tendresse… Bordel !», Réalisation Patrick Schulmann.

«Qu’est-ce qui fait courir David ?», Réalisation Elie Chouraqui.

À la télévision :

«Sam et Sally», Réalisation Jean Girault.

«Madame le juge», Réalisation Philippe Condroyer.

«Les Brigades du Tigre», Réalisation Victo Vicas.

«Maigret», Réalisation Jean-Paul Carrère.

«Médecins de nuit», Réalisation Emmanuel Fonlladosa.

«Vivement Lundi» (104 épisodes sur TF1), Réalisation D. Masson, Didier

 

 

Christine LEMLER

Zoé


Télévision

« PARIS-MIRAGE », Yves LAUMET.

« VILLA VILLERET » (« En cas de bonheur »), Paul VECCHIALI/ Christiane SPIERO.

« EDOUARD ET SES FILLES », Michel LANG.

« LES MARIE-JEANNE », Didier KAMINKA.

« LE SEPTIÈME ENFER », Bernard UZAN.

« CLASSE MANNEQUIN », rôle récurrent, M6.

« COMMISSARIO A ROMA », Ignazio AGOSTA/ Roberto GIANARELLI.

« LE CHÂTEAU DES OLIVIERS », Nicolas GESSNER.

« ARSÈNE LUPIN », Philippe CONDROYER.

« LE CLUB », Magasine hebdo, Série Club.

« SOUS LE SOLEIL », rôle récurrent, TF1.

Cinéma

« PROMOTION CANAPÉ », Didier KAMINKA.

« MA FEMME ME QUITTE », Didier KAMINKA.

« L’OREILLE DE JOÉ », Alain DESROSIERS.

Théâtre

« FACE À FACE » Luq, HAMETT, Pierre DOUGLAS

« UN HÉRITAGE POUR DEUX ! » Luq HAMETT, Patrice LAFFONT.

« UNE FILLE ENTRE NOUS » Eric ASSOUS, Bernard MENEZ.

« DOM JUAN », Christophe TURGIE.

« LES PORTES CLAQUENT », Michel FERNAUD, Gérard SAVOISIEN.

« BOEING-BOEING », Marc CAMOLETTI.

« LE POLITOCARD », Luq HAMETT et Eric LENORMAND, Serge PENARD.

 

 

Nicolas VITIELLO

Yoann


Né le 6 février 1982 à Ollioules dans le Var, Nicolas Vitiello fût très vite contaminé par le virus du spectacle. Grandissant dans les rues toulonnaises, il commença par jouer des pièces de théâtre avec sa troupe, puis de fil en aiguille, il fit de la radio (Vitamine, Top FM), décrocha des petits rôles dans les films et téléfilms tournés dans sa région tout en restant un sérieux banquier pour gagner sa vie. Jusqu’au jour où en 2002 un grand casting national télévisé passa par là: Popstar. En étant le vainqueur de cette émission diffusée sur M6, Nicolas fût propulsé sur le devant de la

scène avec son groupe “Whatfor”: plus d’un million de disques vendus, une centaine de passages tv et une cinquantaine de couvertures de magazines en moins d’un an... Il profita de cette notoriété pour retourner à son premier amour, le théâtre. Jean-Claude Camus (producteur de Johnny Hallyday, Michel Sardou...) lui offre son premier rôle dans la pièce “Love! Valour! & Compassion!” où il apparaît nu, dans l’un des plus grands et prestigieux théâtre de la Capitale, résultat: plus de 40000 spectateurs, 2 nominations aux

Molières... Suite à ce succès, Nicolas enchaîna les rôles, passant du boulevard populaire au drame, du téléfilm au film d’auteur.

S’intéressant à la production de spectacles et de fictions, Nicolas sillonna la France et les plateaux TV au sein de “Côté Scène Productions” avec des spectacles tels que RFM party 80, RTL disco show, la tournée La Marseillaise... et produit, écrit et réalise aujourd’hui son programme court TV intitulé “Voyance Express”. Malgré un emploi du temps chargé dans l’ombre de ce métier, Nicolas reste attaché à la comédie au sein de l’agence Cinétéa, et revient sur les planches en 2010 avec “Grossesses Nerveuses” de Jean-Yves Rogale, mise en scène de Philippe Hersen avec entre autres sur

scène Anémone et Henri Guybet.